Je ne voterai pas à l’élection présidentielle de 2017, sauf si…

Publié le par Verdi

Je ne voterai pas à l’élection présidentielle de 2017, sauf si…

Le principe de la souveraineté populaire, par l’institution du mandat impératif, doit remplacer le principe de la souveraineté nationale et son mandat représentatif. Un revenu minimum d’existence de 800 € doit être créé. La justice, la santé, l’enseignement et la sécurité doivent être les fers de lance de la politique du futur président de la République, faute de quoi, ce sera l'abstention.

Les raisons de la colère de nombreux Français sont multiples, mais l’une d'elles l’emporte sur les autres : le non-respect de leur dignité d’être humain. Il serait, en effet, indigne pour eux de faire, une fois encore, confiance à un système institutionnel qui a permis à des représentants de la nation, cupides et peu scrupuleux de leur mission, de les cocufier allègrement, pendant un demi-siècle.

Devenue une affaire commerciale, l’élection des représentants du peuple n’a plus aucun sens, dès lors que ces mandataires ne servent plus que leurs intérêts propres et ceux de leurs partis politiques. Parvenus au pouvoir, qu’ils soient de droite ou de gauche, tous renient leurs engagements de campagne. Ce cirque dure depuis 50 ans, alors que le mal vivre des Français va grandissant.

S’abstenir de voter aux deux tours de l’élection présidentielle apparaît comme la seule solution pour décrédibiliser la consultation majeure du pays. A moins que, parmi les candidats en lice, l’un d’eux ne propose des réformes en adéquation avec les aspirations populaires. A savoir, parmi les mesures prioritaires :

Vie sociétale :

1) Création d’un revenu minimum d’existence de 800 € mensuel. Versé dès l’âge de 18 ans, à perpétuité, à tout citoyen français, sans conditions de ressources, sans obligation de travail.

2) Gratuité totale de l’accès aux soins. Regroupement sous le seul régime de l’assurance de santé (la Sécu) de tous les organismes (complémentaires de santé privées, mutuelles). Suppression des franchises médicales et autres retenues.

3) Gratuité totale de l’accès à la justice. Suppression de l’aide juridictionnelle conditionnelle et obligation de défendre tout citoyen gratuitement, quelle que soit l’importance du litige. Défense assurée par tout avocat commis d’office, rémunéré par le Ministère de la Justice. Le ministère de la Justice doit devenir l’un des premiers ministères, en termes de budget et de moyens.

4) Suppression du service public France Télévision. Création d’un service public multidirectionnel, limité à l’information, ouvert obligatoirement à tout citoyen souhaitant s’exprimer ou porter un problème à la connaissance du public, sans passer par le filtre ou la censure excessive de journalistes.

5) Instituer le référendum d’initiative populaire. A partir de 100000 pétitionnaires, quel que soit le sujet en cause : obligation pour les élus concernés de se saisir de la question et de la régler démocratiquement.

Institutions :

1) Suppression du Sénat et du Conseil Economique et Social. Economie annuelle : 1 milliard d’euros.

2) Réduction à 250 du nombre de députés. Economie annuelle : 500 millions d’euros.

3) Plafonnement de l’indemnité parlementaire à 5000 € mensuels. Suppression de tous les avantages existants. Remboursement des frais sur justificatifs. Droit à un seul assistant, rémunéré par l’assemblée nationale.

4) Mandat impératif, révocable à tout moment, sur pétition réunissant 10% du nombre de voix obtenues par l’élu, durée limitée à 5 ans pour tout type de mandat, non renouvelable. Application du principe de la souveraineté populaire à tous les élus de la nation. Non cumul absolu de mandats

5) Suppression des Conseils Départementaux. (4058 conseillers inutiles). Economie annuelle : 200 millions d’euros.

Politique internationale :

1) Renégociation de tous les traités qui lient la France à l’UE.

2) Sortie de la France du commandement intégré de l’OTAN.

3) Politique d’indépendance nationale et de non alignement

4) Nouer des relations partenariales équilibrées avec l’Afrique.

Vie économique :

1) Supprimer le pouvoir donné aux banques privées de créer de la monnaie, par le biais du crédit. Rendre à la Banque de France le pouvoir de prêter à l’Etat.

2) Nationaliser les banques et les institutions financières.

3) Supprimer l’obligation de détenir un compte bancaire. Restauration de la liberté de payer en espèces, quel que soit le montant.

4) Supprimer les charges sociales patronales pour les salaires inférieurs à deux fois le smic. Suppression dégressive au-delà.

5) Impulser le développement durable et écologique.

Vie sociale :

1) Droit de partir à la retraite à partir de 50 ans. Départ progressif ou non. Age légal pour la retraite à aux plein fixé à 55 ans.

2) Durée légale hebdomadaire du travail fixée à 32 heures.

3) Smic : 2000 € mensuels.

Enseignement :

1) Suppression de l’ENA et de Sciences Po. Les deux cursus intégrés aux Universités.

2) Priorité absolue donnée à l’enseignement du Français. Dès l’école primaire, avec suivi personnalisé tout au long de la scolarité.

3) Cesser la fermeture des classes en zone rurale.

Santé :

1) Rouvrir les petits hôpitaux en les dotant de moyens capables de répondre aux besoins de soins de la population. Mettre fin à la disparition des services publics de santé en zone rurale.

Sécurité :

1) Rouvrir les gendarmeries et les commissariats fermés. Disposer partout sur le territoire d’un maillage suffisant de gendarmeries et de commissariats, pour assurer la protection des citoyens.

Verdi

Mardi 30 août 2016

Commenter cet article