Buisson flingue Sarkozy, dans son livre « La cause du peuple »

Publié le par Verdi

Dans un livre, qui paraîtra jeudi 29 septembre, Patrick Buisson, ex-conseiller de Sarkozy, n’y va pas avec le dos de la cuillère pour démolir son ancien boss, dont il dresse le portrait peu amène d’un politicien sans scrupules. Au même moment, Médiapart révèle que la justice a en sa possession le carnet de notes d’un ex-ministre libyen, sur lequel sont mentionnés plusieurs versements du régime Kadhafi, effectués pendant la campagne de 2007.

Condamné, en mars 2014, à verser 10000 euros de dommages et intérêts à Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, pour les avoir enregistrés à leur insu, c’est en pleine campagne de la primaire de la droite que Patrick Buisson publie un livre de 500 pages, dans lequel il révèle, ou confirme, le caractère agressif de son ancien patron.

La revanche, pour ne pas dire la vengeance, est un plat qui se mange quand la table est dressée. Patrick Buisson, le très proche conseiller, lui-même proche de l’extrême-droite, n’a manifestement pas digéré le camouflet judiciaire et la disgrâce infligée par Sarkozy.

Rien n’a échappé aux oreilles et aux yeux de l’un des plus influents conseillers du chef de l’Etat de l’époque, à commencer par ce dernier, comme en ont attesté les écoutes, qui lui ont valu sa condamnation. Des extraits du livre ont « fuité », dans l’Express.

Nul n’est épargné par les propos injurieux

Buisson a décidé de servir son menu amer, au moment même où, engagé à corps perdu dans la bataille de la primaire, pour sauver sa peau, son ancien maître galvanisé par des sondages opportunément avantageux (publiés par les médias amis), se prend à croire à sa victoire, le clamant à tous.

Nul n’est épargné, de Chirac, traité de « corrompu » « méchant » et « avide » à Fillon, gratifié de « type minable », en passant par Bertrand « un méchant », chacun en prend pour son grade, y compris son ami Estrosi « cet abruti qui a une noisette dans la tête ».

On apprend qu’avant l’élection présidentielle de 2007, il a voulu rencontrer Jean-Marie Le Pen, arguant de la proximité des valeurs du Front National et des siennes.

Nouvelles révélations sur le financement de la campagne 2007 par Kadhafi

La justice, qui enquête depuis trois ans sur les soupçons d’un financement par la Libye de la campagne de Sarkozy, en 2007, aurait obtenu, de la justice norvégienne, la communication de notes du 29 avril 2007 rédigées par le ministre du pétrole, Choukri Ghanem, faisant état de 3 versements d’un total de 6,5 millions d’euros.

Jusqu’alors, le document, authentifié, sur lequel reposaient les soupçons, ne concernait qu’un accord de financement. Les nouvelles pièces versées au dossier, par le détail des sommes versées et les précisions quant à l’impatience des destinataires de l’argent, vont dans le sens d’une accusation fondée sur des preuves, difficilement contestables.

Ce qu’a toujours réfuté l’entourage de Sarkozy, qui fait valoir un montage du régime Kadhafi pour se venger. Il n’empêche, s’il est confirmé, le versement de Kadhafi atteindrait un montant de 50 millions de dollars.

Verdi

Mercredi 27 septembre 2016

Commenter cet article